L'information pour travailler autrement

OUEST ACTIVITES

2020: 37 métiers d’avenir, avec ou sans diplôme …

« Un métier d’avenir » se définit de deux façons : soit il offre des perspectives d’évolutions intéressantes, soit il recrute massivement.

L’ère technologique et écologique actuelle modifie les données : certains métiers offrent des postes en pleine mutation tandis que d’autres sont en perte de vitesse.

Actuellement, le tertiaire représente les ¾ des emplois. Ces métiers de service requièrent du personnel humain, non interchangeable avec des machines : l’aspect relationnel de ces professions leur assure longévité.

Cet article s’appuie sur les statistiques du rapport national Dares pour mieux comprendre le contexte d’embauche.

Nous verrons qu’il reste possible aussi de trouver un métier d’avenir sans diplôme.

Auxiliaire de vie

Cette activité nécessite de nombreuses personnes pour s’occuper des personnes âgées tout au long de l’année, week-ends et vacances compris.

L’aide à domicile permet de rester chez soi, malgré le manque d’autonomie en lien avec la santé, l’âge ou un handicap.

L’auxiliaire de vie assure le quotidien de la personne en charge, veille à son bien-être et l’accompagne dans ses démarches pour préserver sa vie sociale.

Cette organisation devient de plus en plus courante et évite le séjour prolongé dans une structure hospitalière.

Le vieillissement de la population combiné à l’augmentation de la durée de vie placent cette profession au cœur du recrutement.

Assistante maternelle

Reconnues comme spécialistes de la petite enfance, elles accompagnent les bébés dans leur évolution jusqu’à l’entrée en maternelle.

Les assistantes maternelle peuvent exercer à leur domicile ou dans une structure d’accueil collectif.

Celles qui accueillent les enfants chez elles peuvent s’occuper des leurs par la même occasion. Elles peuvent obtenir jusqu’à 3 agréments pour garder 3 enfants en bas âge et toucher un salaire confortable.

La pénurie des gardiennes dans les zones à forte densité a largement contribué à faire s’envoler les tarifs.

Une occasion de trouver un emploi rapidement avec une formation courte !

Gestionnaire de paie

 

Ce poste en lien avec les finances et la comptabilité des entreprises joue un rôle fonctionnel au sein de son groupe.

Il a su se spécialiser pour perdurer : il utilise le logiciel de paie pour actualiser les données de chaque employé.

Il le paramètre pour calculer un salaire adéquat, comptabiliser les congés, les maladies ou les promotions, et assurer des déclarations en règle à l’URSSAF ou aux Caisses de Retraite.

N’hésitez donc pas à tenter une reconversion dans ce secteur en demandant à suivre une formation adaptée car un poste avec un salaire attractif vous attendra à la clé.

Community manager

 

Garant de la notoriété d’une marque ou d’une entreprise sur le net, il surfe sur les réseaux sociaux pour instaurer une communauté d’internautes séduits.

Le community manager met en place un réseau de relations virtuelles pour protéger et valoriser l’image de son client.

Il n’hésite pas à endosser le rôle de modérateur. Il crée des espaces d’échanges qu’il alimente régulièrement.

Cette profession suit l’évolution engageante de l’e-commerce.

Webdesigner

 

Le design retenu pour un site web contribue à sa visibilité. Le webdesigner s’assure aussi d’une navigation attractive.

Sa formation artistique lui permet d’optimiser la cosmétique et l’identité visuelle d’un site, sa maîtrise de l’outil informatique et de la navigation en ligne lui donne les moyens d’un référencement satisfaisant.

Acteur du succès de l’e-commerce qui ne faiblit pas, il peut aborder son avenir professionnel sereinement.

AES ou Accompagnant Éducatif et Social est un professionnel du soin et de l’éducatif. 

Il accompagne les adultes et les personnes âgées en situation d’handicap dans des actes essentiels du quotidien.

Il peut également travailler avec les enfants dans la même situation dans leur intégration scolaire et dans leurs activités de loisirs. 

Ainsi, il élabore un projet de vie adapté au cas de chaque personne.

Ce professionnel exerce au domicile de la personne en charge ou dans une structure spécifique comme des foyers logement, des services d’Aide à la personne (SAP), etc.

Ce poste propose un grand nombre d’opportunités avec de réelles évolutions pour les plus motivés.

Infirmier

L’infirmier est considéré comme métier d’avenir par excellence à cause du déficit d’effectifs : les besoins sont tels que leur nombre ne risque pas de décliner.

Il applique l’ordonnance prescrite par le médecin en charge du patient et réalise les actes médicaux demandés.

Au service des Urgences, leurs compétences sont largement requises.

Avec les séjours à l’hôpital de plus en plus écourtés, les infirmiers libéraux « ont du pain sur la planche » : avec les prélèvements, les pansements ou les piqûres à organiser chaque jour de l’année, les équipes tournent à plein régime !

Ils interviennent dans les centres médicaux sociaux à titre informatif et préventif.

Leur rôle est indiscutable dans notre société et auprès des générations à venir.

Conseiller en beauté

Autre métier d’avenir, il s’applique à plusieurs pratiques : la coiffure, l’esthétique et la cosmétique. Il s’agit d’un métier du bien-être.

Hommes et femmes prennent de plus en plus soin de leur physique et attendent, des professionnels, des conseils personnalisés pour une apparence soignée.

Entre les mèches, une coupe de cheveux impeccable et un corps parfaitement épilé, les rendez-vous reviennent vite.

Des soins adaptés assurent de préserver son capital beauté le plus longtemps possible. Les parfums et produits cosmétiques permettent de le sublimer.

Autant d’attraits qui font du salon de coiffure et de l’institut de beauté, un passage obligé.

Mécanicien

Avec les évolutions fulgurantes constatées ces dernières années dans l’industrie automobile, le métier de mécanicien est de plus en plus demandé.

Ce métier manuel requiert une grande endurance physique afin de déplacer ou de mettre en place les pièces lourdes. 

Le mécanicien prend en charge la maintenance, l’entretien et la réparation des véhicules en tout genre.

Il lui revient de réaliser des diagnostics sur un véhicule après que le propriétaire ait détecté une anomalie et de déterminer l’origine de la panne. 

En sus, il a une connaissance accrue des nouveaux équipements et la capacité de s’adapter aux nouveaux véhicules.

Son rôle est incontournable, car il est le garant de notre sécurité routière

Agent des finances

L’agent des finances évolue dans la fonction publique

Son quotidien est rythmé entre le contrôle et la gestion des impôts sur le revenu, la taxe d’habitation, le recouvrement et la relance des sommes impayées.

Cet expert jongle avec des chiffres à longueur de journée. Il doit maîtriser parfaitement les procédures à appliquer concernant son domaine afin de mieux les expliquer à ses interlocuteurs.

Il lui arrive également d’assurer des fonctions d’accueil et de renseignement des contribuables. 

Ce fonctionnaire est un maillon fort des opérations de paiement des dépenses et des recettes.

Ses compétences spécifiques font que cette profession soit promue à un bel avenir devant lui.

Tous les autres métiers sur le site

Ouest-activités, relaie cet article réalisé par Sébastien en décembre 2019 … 

Une mine d’informations …

Geiq Propreté 44: les offres du mois de décembre…

Tous ces postes F/H région nantaise …

Offres en cours:
 
Nous recherchons:
2  agents de propreté polyvalents H/F
– 1 agent de propreté d’immeubles H/F
2 agents de propreté volants  H/F
– 1 agent de propreté grande distribution H/F

Adresser votre candidature à :

GEIQ Propreté 44 – Parc Solaris
10 chemin du Vigneau – Bat. le Belna – 44800 St Herblain
 

Le guide 2020 – Devenir community manager freelance •

Le guide 2020 ultime pour devenir community manager freelance et plus encore. Un guide de plus de 6000 mots…

<< Vous avez envie de débuter votre activité en tant que community manager freelance, mais vous ne savez pas comment vous y prendre, et de nombreuses questions vous trottent dans la tête ? Alors ce guide de plus de 6000 mots devrait vous aider à y voir plus clair.

Prendre le temps de la réflexion

Pourquoi est-ce que je veux devenir freelance ?

L’une des premières questions à se poser avant de démarrer votre activité est : Pourquoi voulez-vous devenir freelance ? Il faudra avant tout déterminer vos motivations. La route qui pourrait s’ouvrir à vous ne sera pas simple mais semée d’embûches.

Il ne tiendra alors qu’à vous de les surmonter, mais il faut vous assurer d’avoir une bonne motivation dès le départ. Celle-ci vous permettra de ne pas vaciller, même dans la difficulté.

CM Freelance

Bien sûr, il vous faudra aussi comprendre ce que vous recherchez en créant votre activité. Est-ce la liberté des horaires, celle de choisir ses clients ou encore d’avoir des revenus plus confortables. Interrogez-vous bien pour déterminer si cette voie est la bonne.

Est-ce que je ne peux pas avoir la même chose ailleurs ?

Si devenir community manager freelance est une des voies possibles, il en existe d’autres. Après avoir déterminé vos motivations, interrogez-vous sur la voie à choisir. Ne pouvez-vous pas avoir les mêmes avantages ailleurs ?

En négociant votre contrat, vous pourriez très bien obtenir un meilleur salaire tout en ayant une situation stable (CDI), avoir de nombreux clients tout aussi variés en agence, ou encore travailler majoritairement en télétravail avec un ou deux jours de présence.

Le freelance n’est pas la seule solution, il en existe d’autres et il est important pour vous de les prendre en considération pour déterminer leurs avantages et inconvénients. Une fois décidé(e), lancez-vous !

 

Quels sont les avantages et inconvénients d’être freelance ?

 

AVANTAGESINCONVÉNIENTS

– Peu de routine

– Pas ou peu de déplacements

– Salaire non plafonné, je choisis moi-même mon taux horaire en fonction du salaire visé

– Choix des projets et des clients, je peux refuser un projet qui ne me correspond pas

– Choix des horaires ; pouvoir profiter de sa famille, aller faire ses courses en plein après-midi si on le veut, etc.

– Opérationnel rapidement puisque toujours avec son PC, son bureau, etc.

– Le calme / le silence, pouvoir être dans sa bulle sans interruption ni distraction

– La solitude, ne pas avoir à gérer ses collègues et les réunions interminables

– Pouvoir travailler de n’importe où en France ou dans le Monde sans soucis

– Un côté multitâche qui peut être plaisant si on aime le côté commercial et administratif

– Gérer les factures, l’administration

– Savoir séparer le temps pro et perso

– Ne pas avoir d’arrêt-maladie

– Devoir payer l’URSSAF et y penser

– Avoir des clients qui pensent que freelance signifie forcément “disponible tout le temps”

– Les creux d’activité, la crainte de ne pas avoir de contrat le mois suivant

– La solitude, aussi bien pour le lien social que pour avoir une personne à qui poser une question en cas de problèmes

– N’avoir que ses compétences sans pouvoir compter sur le soutien d’une équipe (graphistes, codeurs, …)

– Être son propre commercial peut s’avérer difficile, surtout si on manque de réseautage (au début par exemple)

– Le manque de confiance de certains envers le statut d’auto-entrepreneur et le télétravail

Il faut avant tout comprendre qu’en étant freelance, vous devrez gérer absolument tout concernant votre activité. Vos clients ne pourront se référer qu’à vous, et vous devrez aussi gérer la partie commerciale et administrative. Ces deux derniers points peuvent parfois peser lourd sur vos épaules et sur votre moral.

Face à plusieurs échecs, vous pourriez remettre en cause vos talents en tant que commercial(e), par exemple. Même s’il est toujours bon de se remettre en question, il faut aussi comprendre que la faute ne viendra pas nécessairement de vous.

De plus, les inconvénients pourront aussi devenir une force. Vous pourrez suivre des formations pour gérer votre comptabilité ou encore imposer des horaires précis à votre famille et vos clients, pour éviter que le côté personnel ne déborde sur le côté professionnel.

Et si la solitude vous fait peur, il existe aussi de nombreux groupes sur les réseaux sociaux qui vous permettront d’échanger avec d’autres freelances. Il ne tient qu’à vous de réduire cette liste d’inconvénients.

Quels sont les domaines qui vous intéressent le plus ?

En tant que community manager avant de vous lancer, il est important d’identifier les domaines qui vous intéressent le plus parmi tous vos centres d’intérêts. Cette étape est très importante car elle vous permettra aussi, dans un second temps, d’observer le marché. Les domaines qui vous intéressent sont-ils aussi ceux qui embauchent ?

Si vous voulez démarrer votre activité, ce n’est pas par simple passion. Il faudra gagner votre vie, et il sera plus aisé de le faire dans un domaine qui embauche beaucoup de freelances. Selon la situation financière que vous visez, vous pouvez aussi vous diriger vers ceux qui paient le mieux, comme les banques ou les assurances, par exemple.

 

Community manager freelance

 

Bien sûr, vous n’avez pas à vous limiter à un seul domaine. Si vous aimez la cuisine et le sport, rien ne vous empêche de chercher des clients dans les deux. Avec l’expérience, vous pourrez même viser des domaines plus difficiles d’accès.

Identifier des domaines « faciles » vous permettra donc de vous faire de l’expérience. Celle-ci vous sera utile pour viser d’autres domaines et/ou trouver des clients plus facilement. C’est un choix stratégique qui s’offre à vous, prenez le temps de la réflexion.

Avez-vous toutes les compétences requises ?

C’est un des points les plus importants : avez-vous les compétences ? Les entreprises attendent des Community Managers qu’ils soient de plus en plus multitâches. Tel un « mouton à cinq pattes », vous pourriez ainsi voir des offres vous demander de maîtriser tout un tas de compétences secondaires, parfois loin de votre cœur de métier.

Toutefois, ce n’est pas votre métier. Vous pouvez vous relaxer, vous n’avez pas besoin d’être un expert en référencement naturel, en codage, en graphisme, en rédaction d’articles, en montage vidéo ou en Latin. Vous pouvez rester vous-même, et vous vous formerez plus tard pour toucher encore plus d’offres.

En attendant, assurez-vous de maîtriser le Community Management à la perfection. Maîtrisez les différentes plateformes Social Media, découvrez de nouveaux outils et faites-en sorte de les connaître, bref, restez toujours expert dans votre domaine. Car c’est pour cela qu’on vous embauchera. Quelle situation financière visez-vous ?

 

Avez-vous toutes les compétences requises ?

 

Avant de vous lancer dans votre propre activité de Community Manager freelance, il vous faudra bien sûr déterminer vos tarifs. Pour cela, vous devrez définir vos revenus mensuels idéaux. Il faut comprendre qu’on ne parle pas ici votre salaire rêvé mais plutôt le montant dont vous aurez besoin pour vivre, et non survivre.

Bien sûr, ce n’est qu’une première étape et, avec l’expérience, vos tarifs augmenteront. Il faut aussi que vous compreniez dès maintenant qu’il ne faut surtout pas sous-facturer.

Ainsi, pour déterminer vos revenus, il faudra passer par un peu de comptabilité. Vous devrez ainsi calculer vos charges fixes, vos charges variables, et la marge que vous souhaitez avoir. Ceci afin de connaître votre chiffre d’affaires désiré, puis les bénéfices dégagés. En calculant votre seuil de rentabilité, vous serez même capable de déterminer à partir de quand vous dégagerez du bénéfice.

Vous devrez aussi prendre en compte ce que vous avez à vendre : vous-même. Et à ce niveau, votre tarif peut varier en fonction de plusieurs facteurs :

  • Quel est votre niveau de formation : avez-vous suivi une formation particulière pour devenir Community Manager ? Si oui, vous pourrez le prendre en compte et facturer votre client en fonction de cette qualification.
  • Avez-vous de l’expérience en tant que Community Manager ? Si oui, là aussi vous pourrez demander davantage qu’un débutant.
  • Êtes-vous spécialisé ? Contrairement à une personne polyvalente, vous pouvez être considéré comme un expert dans votre domaine ? Alors vous pourrez là aussi facturer plus cher pour vos services. Il est donc parfois intéressant de se spécialiser.
  • Etc.

Pour vous aider à comprendre tout cela et ainsi déterminer votre tarif, n’hésitez pas à consulter cet article : Calculer son tarif en tant que Community Manager freelance [à venir…]

 

Débuter son activité de Community Manager Freelance

Les différents statuts existants

Pour démarrer votre activité, vous devrez choisir un statut juridique parmi les nombreuses possibilités existantes : l’auto-entreprise, le portage salarial, la création d’une entreprise individuelle ou la création d’une société. Il n’existe pas de statut freelance puisqu’il s’agit d’un terme désignant un travailleur non salarié, et non un statut.

Sachez toutefois qu’aucun de ces statuts n’est meilleur qu’un autre. Celui que vous choisirez devra dépendre uniquement de votre situation personnelle.

Pour en apprendre davantage sur les différents statuts et choisir le vôtre, nous vous invitons à prendre le temps de lire cet article : Quel statut juridique choisir en tant que Community Manager Freelance ? [à venir…]

Définir sa stratégie marketing

Maintenant que vous avez considéré tous les statuts juridiques, il est temps pour vous de définir votre stratégie marketing. Vous êtes votre propre patron(ne), mais aussi votre propre commercial(e). Il est donc impératif pour vous de savoir où vous allez.

 

Définir sa stratégie marketing

 

Pour définir cette stratégie, il vous faudra poser vos pensées au propre. Pour cela, vous pouvez choisir une méthode moderne en utilisant une cartographie mentale comme MindMeister, ou utiliser la bonne vieille méthode en utilisant du papier et un crayon.

Puisque la question mérite d’être approfondie, prenez le temps de lire cet article :  Community Manager Freelance • Définir sa stratégie marketing

Rejoindre des groupes d’aides

En lançant votre activité, vous allez être confronté(e) à de nombreux problèmes ; qu’ils soient liés à votre activité de freelance (administratif, comptabilité, …) ou de Community Manager (bugs, …). Toutefois, contrairement à vos homologues en agence, vous serez seul(e) avec vous-même pour les résoudre… Mais ça n’a pas à être le cas !

Pour résoudre le problème de solitude dont on parlait plus tôt, certaines personnes ont créé des groupes d’entraide. Très majoritairement sur Facebook, ces groupes vous permettront de poster votre problème et de recueillir des avis ou de l’aide. Attention toutefois, ils ne sont pas faits pour réaliser le travail à votre place, mais simplement vous aider en cas de besoin.

Pensez à vous mettre à jour

Même si vous n’êtes pas des machines, il faudra penser à vous mettre à jour ! En étant freelance, il est important pour vous d’être au courant des dernières nouveautés. C’est pourquoi vous devez rester en veille constante. Des outils simples existent pour cela, comme Feedly, qui vous permet de recevoir les flux RSS des différents sites qui constituent votre veille.

Bien sûr, ce n’est pas tout ! Tout comme les réseaux sociaux évoluent, vous le pouvez aussi. C’est pourquoi vous devrez penser à vous former. Améliorer vos compétences et en développer de nouvelles, c’est ce qui vous permettra de vous démarquer des autres ! Et pour cela, de nombreux sites existent, tel que OpenClassroom.

Après ces formations, il faudra mettre votre équipement à jour ! Vous aurez peut-être besoin d’outils plus performants afin de proposer des services plus précis et de meilleurs qualités à vos clients. Et suite à vos formations, de nouveaux logiciels feront leur apparition sur votre bureau. 

Pour aller plus loin, nous vous conseillons de lire cet article qui vous en dira plus sur ces trois points, tout en vous donnant de nombreux liens utiles : Community Manager freelance : pensez à vous mettre à jour ! [à venir…]

Organisez-vous à tous les échelons !

Dès le début de votre activité, il sera important pour vous d’être organisé(e). Le premier point, peut-être le plus important en étant freelance, sera d’être organisé(e) personnellement. Donnez vos horaires à votre entourage, assurez-vous de retirer les distractions de votre quotidien et mettez-vous en condition « bureau » autant que possible.

 

Organisation du freelance

 

Ensuite, soyez organisé(e) professionnellement. Rangez votre bureau, aussi bien celui sur lequel vous travaillez que celui de votre ordinateur, et classez vos documents. Vous pourrez pousser la chose en vous armant d’outils de gestion divers tel que Toggl qui vous permettra de gérer votre temps.

N’hésitez pas à lire cet article pour découvrir de nombreux outils qui vous permettront de vous organiser : S’organiser en tant que Community Manager freelance. [à venir…]

Quelques outils pour bien commencer

Tous les Community Manager ont leurs outils favoris. Ils permettent souvent de gagner du temps, d’obtenir des rendus clairs et professionnels, ou encore de s’organiser. Parmi eux, certains sont très connus, comme Canva, qui permet de créer des contenus graphiques très convaincant en peu de temps.

Pour une liste plus complète de ces différents outils incontournables, rendez-vous sur cet article : Les outils incontournables du Community Manager. [à venir…]

 

Trouver des clients quand on est freelance

S’inscrire sur différentes plateformes dédiées

Pour démarrer, vous aurez la possibilité de vous inscrire sur différentes plateformes dédiées aux freelances, comme Malt. Ils vous permettront tout d’abord de vous référencer sur Internet et d’avoir ainsi une page sur votre activité. Bien sûr, celle-ci devra compléter un profil LinkedIn ardemment complété.

Au-delà de ça, elles vous permettront peut-être d’obtenir vos premiers clients. Mais la concurrence y est très rude puisque vous êtes directement mis(e) en compétition avec les autres freelances de votre secteur. 

Pour développer ce sujet, rendez-vous sur cet article : Community Manager freelance : est-ce que je dois m’inscrire sur les plateformes de freelances ? [à venir…]

Être actif sur les réseaux sociaux

En tant que Community Manager freelance, vous êtes maintenant votre propre commercial. Vous devez donc soigner votre image. Et pour un Community Manager, elle se trouve sur les réseaux sociaux ! Tout comme vous aimez voir ou palper votre pain avant de l’acheter, vos clients apprécieront de vous voir actif sur les réseaux.

 

Réseaux sociaux

 

Bien sûr, il ne s’agit pas d’être un influenceur ou une influenceuse aux dizaines de milliers d’abonnés sur chaque réseau social. Votre objectif sera d’y être actif et d’y publier du contenu. Vous pouvez notamment choisir d’en investir un en particulier, et de vous concentrer sur celui-ci.

Par exemple, si vous désirez vous spécialiser dans les prestations sur Instagram, il serait bon d’en faire votre vitrine avec un feed à la hauteur de votre talent. Toutefois, essayez de ne pas négliger les réseaux sociaux plus professionnels, tels que Twitter ou LinkedIn. Vous pourrez obtenir de très bons résultats avec ce dernier, par exemple.

Vous pouvez aussi choisir de vous démarquer en créant votre propre contenu ! Pour en savoir plus, consultez cet article : Community Manager freelance : créer votre propre contenu ! [à venir…]

Se créer un réseau professionnel

Directement lié au précédent point, à votre activité de Community Manager comme de freelance, le réseau professionnel est la clé pour réussir dans cette voie. Et le vôtre est déjà créé : vos amis, votre famille, vos anciennes entreprises éventuellement, cette agence où vous avez fait un stage, etc. Il vous suffit maintenant de l’agrandir. Pour cela, plusieurs leviers peuvent être enclenchés.

 

Réseau professionnel

  • Utiliser les réseaux sociaux ! On y revient, bien sûr, mais c’est le cœur de votre activité. À force d’échanges avec les autres freelances, à force d’être remarqué(e) par cette agence de communication, vous finirez par avoir un carnet de contacts : vos abonnés.
  • Dire au revoir à la solitude. En étant freelance, vous avez la possibilité de travailler de n’importe où en France, et même dans le Monde. Mais pourquoi ne pas choisir de le faire en vous entourant ? Choisissez, par exemple, de travailler dans un espace de CoWorking. Et qui sait, peut-être que ce graphiste avec qui vous parlez chaque jour aura besoin de vous un jour…
  • Déplacez-vous ! De très nombreux événements existent partout en France, comme les Meetup ou encore les web apéros. Des événements qui vous permettront de rencontrer de nouvelles personnes, de nouveaux prospects.

Pour développer le sujet, prenez le temps de lire cet article : Community Manager freelance : créer son réseau professionnel. [à venir…]

 

La relation client en freelance

Définissez vos propres besoins

Vous avez trouvé une annonce qui vous correspond, et cette première mission est à votre portée. Il est temps pour vous de définir vos besoins. En tant que Community Manager freelance, de quoi aurez-vous besoin pour la mener à bien ? Que ce soit matériel ou informatif, vous devez être prévoyant(e).

  • Quelles questions allez-vous poser ? De quelles informations avez-vous besoin pour mener à bien votre mission ? Ces questions sont souvent les mêmes alors n’hésitez pas à faire un questionnaire-type. Bien sûr, il faudra les poser au fil de la discussion, de façon à ce qu’elles s’intègrent bien à celle-ci.
  • De quels outils allez-vous avoir besoin ? Cette mission requiert-elle que vous usiez d’outils spécifiques ? Allez-vous devoir prendre un abonnement ou l’accès au logiciel est-il fourni ? Abordez la question et prévoyez ces coûts supplémentaires à votre devis si besoin.

Si vous désirez développer cette partie, n’hésitez pas à consulter cet article : Comment aborder une nouvelle mission quand on est Community Manager freelance ? [à venir…]

Définir les besoins du client

Comme vous, votre client a des besoins. Il est très important pour vous de les définir. Vous aurez tout de suite une image de professionnel, et vous créerez un lien avec votre client : vous vous souciez de lui, de ses problèmes. Mais plus important, vous saurez dans quoi vous vous lancez

 

Définir les besoins du client

 

Grâce à quelques questions, vous aurez un aperçu du temps que vous prendra la relation client, les points qui pourraient poser le plus de problèmes ou d’interrogations, etc.

Pour approfondir ce sujet, rendez-vous directement sur cet article : Comment définir les besoins du client quand on est Community Manager freelance ? [à venir…]

Rester honnête avec vous-même

Lorsque vous abordez une potentielle mission, il est très important de rester honnête avec vous-même. Oui, il est important pour vous d’avoir des missions. Mais cela ne signifie pas accepter tout et n’importe quoi. Vos premières missions définiront vos premières expériences, alors choisissez bien.

Si vous n’avez pas de connaissances sur le domaine de votre client, soyez honnête. Vous pouvez apprendre, vous pouvez vous renseigner (Google est votre ami). Si vous n’avez pas les compétences, alors cela se complique. Ne pensez pas que vous pourrez compenser, et soyez honnête là aussi. 

Et si jamais la mission ne vous correspond pas du tout, n’hésitez pas à renvoyer votre prospect vers une de vos connaissances. Il vous sera reconnaissant pour ce bon conseil, et vous aurez tout de suite une image très professionnelle. Plus tard, il pourrait revenir vers vous à nouveau pour une autre mission car vous serez devenu un référent pour lui.

Faire votre premier devis et votre première facture

Ça y est, votre prospect s’apprête à devenir votre premier client. Il est temps pour vous de faire votre premier devis ! Et pour cela, vous avez plusieurs choix : faire votre propre modèle ou passer par un site tiers, comme Facture.net par exemple. Ce dernier fonctionne aussi pour vos factures !

Car oui, il vous faudra aussi penser à votre facture ! Pour un côté plus professionnel, pensez à créer un modèle commun entre les devis et les factures. Vous pourrez choisir entre un modèle épuré ou plus graphique, selon vos choix.

Pour aller plus loin et découvrir un modèle gratuit, rendez-vous sur cet article : Faire son premier devis et sa première facture • Community Manager Freelance. [à venir]

Penser à demander une recommandation

En tant que Community Manager freelance, demander une recommandation à vos clients devrait être un réflexe. Mettez-vous à la place de vos prospects : ils ne vous connaissent pas, ils ne savent pas de quoi vous êtes capables. Alors il vous faut des référents : c’est ce que Robert Cialdini, psychologue social, appelle « La Preuve Sociale ».

L’idée derrière cette preuve sociale, peut être expliquée par une métaphore simple : vous irez plus facilement vers ce restaurant connu avec pleins de clients, plutôt que vers celui qui est vide. On peut faire ici un parallèle avec Oobah Buttler qui est devenu numéro 1 de Londres sur TripAdvisor avec un faux restaurant. Il en a d’ailleurs fait un making-of que je vous invite à aller voir : How to Become TripAdvisor’s #1 Fake Restaurant (sous-titres français disponibles).

Pourquoi cela a fonctionné ? Simplement parce que l’être humain est un être social. Nous nous préoccupons de l’avis des autres, tout comme de leurs actions. C’est pourquoi il est si important pour vous, freelance, de mettre en avant vos recommandations !

Apprendre de ses expériences passées

C’est sans doute l’une des étapes les plus importantes de votre carrière de freelance. Après chaque mission, il sera crucial pour vous d’apprendre de vos erreurs et de vos succès. Votre première mission ne sera peut-être pas la plus réussie, mais c’est à vous d’en faire la plus enrichissante ! Pour cela, posez-vous quelques questions :

  • Quels sont les points positifs de cette mission ? Pourquoi est-ce que ça s’est bien passé ? Est-ce parce que le client avait déjà de l’expérience avec les freelances ou parce que vous avez été pédagogique ? Est-ce que le client n’était pas exigeant ou avez-vous été à la hauteur de ses exigences ? Etc.
  • Quels sont les points négatifs de cette mission ? Est-ce que votre manque d’expérience explique ces points ? Est-ce que le client n’était pas clair ou est-ce que vous n’avez pas pris le temps de clarifier certains points ? Est-ce que certaines questions ou demandes vous ont mis en difficulté ? Etc.
  • Et, la plus importante, que pouvez-vous améliorer ? Pouvez-vous vous remettre à niveau ? Avez-vous des contacts qui pourraient vous conseiller sur certains points ? Quelles questions allez-vous poser à votre prochain client pour éviter certaines situations problématiques ? Etc.

En négligeant cette étape, vous risqueriez de répéter les mêmes erreurs. Alors prenez le temps de vous remettre en question et de faire ce petit bilan. Soyez honnête avec vous-même, et n’hésitez pas à parcourir les échanges que vous avez eus avec votre client.

Votre future vie de Community Manager Freelance

Se former dans d’autres domaines

Vous êtes maintenant Community Manager freelance, mais ce n’est pas une raison pour s’arrêter là ! De nombreux domaines complémentaires existent avec votre métier ! Parmi eux, certains sont en relation directe avec votre métier, comme le Référencement naturel ou payant. Pourquoi ne pas apprendre à faire des Social Ads, par exemple ? Vous pourriez aussi vous intéresser à la relation influenceurs, ou la stratégie social media.

Mais vous avez aussi la possibilité d’ajouter une nouvelle corde à votre arc. Pour cela, vous avez l’occasion d’apprendre le graphisme, la rédaction web, le codage, une nouvelle langue, etc. Dans cette idée, de nombreux sites proposent des formations, gratuites ou payantes. Vous avez ainsi OpenClassroom pour le plus connu. N’hésitez pas à y faire un tour.

Être toujours en veille

On ne le dira jamais assez, mais vous devez toujours rester en veille. Vos clients attendront de vous que vous soyez au courant des dernières nouveautés et actualités de votre secteur. 

Même si vous ne pouvez être au courant de tout, vous devrez prendre le temps de faire votre veille. Pourquoi ne pas commencer votre journée par 15-30 minutes de veille par exemple ? Petit tour sur vos mails ensuite, et vous serez prêt(e) pour le reste de la journée.

Prenez cette habitude et vous serez rapidement au courant des mises à jour et actualités des secteurs qui vous intéressent.

Développer votre image professionnelle

En plus d’un profil LinkedIn soigneusement complété ou encore d’une page sur Malt, vous pouvez choisir de développer davantage votre image de marque. Pour cela, vous pouvez :

  • Créer votre propre site web. Simple vitrine, il vous servira pour présenter votre activité de façon professionnelle. Ce n’est toutefois pas une étape obligatoire puisqu’il vous sera davantage utile si vous êtes déjà connu dans votre milieu.
  • Créer votre propre blog. Qu’il soit rattaché ou non à un site web, il peut être intéressant de créer votre propre contenu, et c’est une bonne façon de mettre en avant ses compétences en rédaction.
  • Créer votre carte de visite. Lorsque vous rencontrez quelqu’un, il sera important de lui laisser une trace de votre rencontre. Vous ne serez peut-être pas la seule personne qu’il verra ce jour-là, et il pourrait vous oublier. Avec une carte de visite, ce ne sera pas le cas !

Pour tous ces éléments, une grosse partie développement et graphisme sera nécessaire. Si vous n’avez pas les compétences nécessaires pour vous en occupez vous-même, n’hésitez pas à faire appel à un(e) professionnel(le) !

Et pour en savoir plus sur l’intérêt d’un site web, d’un blog et d’une carte de visite, rendez-vous directement sur cet article : Développer son image professionnelle en tant que Community Manager freelance. [à venir…]

Générer des leads !

Vous avez l’expérience, vous avez les clients, mais cette question persiste : que se passera-t-il demain ? C’est l’une des questions qui vous hantera le plus. Le mois prochain, ce client si rentable pourrait décider de ne plus faire appel à vous. Que faire pour contrer cette pression constante ? Générer des leads !

Il est temps pour vous de créer des actions qui vous permettront de créer des contacts de qualité. Mais comment s’assurer de cette qualité ? Choisissez un domaine ! Si vous voulez travailler avec des banques, adressez-vous aux banquiers ! Donnez-leur des solutions marketings pour améliorer leur image sur les réseaux sociaux, par exemple. Créer un contenu de qualité qui vous permettra de devenir connu dans ce milieu, et d’être ainsi un référent pour celui-ci.

Envie d’en savoir plus ? Consultez cet article : Community Manager freelance : générer des leads. [à venir…]

Gérer votre comptabilité minutieusement

En étant freelance, la partie administrative et comptable vous incombent. À ce titre, il vous faudra tenir un livre de comptes afin de noter toutes les recettes et dépenses de votre activité. Même si vous n’avez pas de « note de frais » vous pourrez noter vos dépenses (abonnements Hootsuite, …). 

Le plus important sera toutefois de suivre votre Chiffre d’Affaires (CA) en notant ce que vous gagnez chaque mois. Pensez bien à vérifier que vous ne dépassez pas la limite de revenu annuel imposée par l’Etat (70.000€ en 2019). Si jamais vous risquez de dépasser cette limite, il vous faudra changer de statut !

De même, après un an d’activité, il devient obligatoire d’avoir un second compte en banque afin de séparer votre compte professionnel de votre compte personnel. Attention toutefois, en tant qu’auto-entrepreneur, vous n’êtes pas obligé(e) d’avoir un compte en banque intitulé « compte professionnel » par votre Banque, vous pouvez avoir deux comptes personnels. À vous de comparer les deux.

Et bien sûr, pensez à toujours garder un budget de côté pour payer vos obligations financières (URSSAF, impôts, …) afin d’éviter toutes les mauvaises surprises.

Le syndrome de l’imposteur

En tant que freelance, c’est peut-être l’un des sentiments qui revient le plus : suis-je un imposteur ? Pourquoi me choisiraient-ils ? Est-ce que je suis à la hauteur ? Ai-je assez d’expérience ? Ce sentiment est courant mais rassurez-vous : vous êtes à la hauteur

Vous n’êtes peut-être pas le plus grand expert de votre domaine, vous êtes sans doute inconnu à l’échelle de votre pays, mais vous êtes déjà un expert. Il est grand temps que vous ayez confiance en vous !

Pour développer cette confiance, travaillez sur vous-même. Prenez de la distance, listez vos réussites, demandez des feedbacks à vos anciens clients, acceptez vos échecs et affirmez-vous ! Et ensuite ? Relevez la tête, vous êtes au top !

Quel avenir pour le Community Manager ?

C’est une grande question qui traite du futur de votre carrière. Être Community Manager n’est pas une finalité, vous pouvez évolué(e). Mais vers quoi ? Quand on est freelance, difficile de demander une promotion. Alors comment faire ? Plusieurs choix s’offrent à vous. Comme déjà évoqué, vous pouvez déjà choisir d’améliorer votre champ de compétences en y ajoutant des domaines complémentaires, comme le graphisme par exemple, par le biais de formations. De même pour la photographie, le montage vidéo, etc.

Mais avec l’expérience, vous allez aussi monter en compétence. Que ce soit avec l’appui d’une formation ou non, vous pourrez devenir Social Media Manager, Chargé(e) de Communication ou encore Consultant(e). Vous pourrez ainsi encore plus de domaines dans la communication, comme l’événementiel ou le Print, par exemple.

Pour développer cette question, n’hésitez pas à prendre quelques minutes pour consulter cet article : Quel avenir pour un Community Manager freelance ? [à venir…]

 

>>> A découvrir aussi, interviews de professionnels. Pour vous aider dans votre démarche, plusieurs professionnels ont été interrogés afin de vous donner quelques conseils pour bien démarrer en tant que freelance. Découvrez leurs témoignages.

… >>

Ouest-activités

tient à relayer l’énorme travail de construction et de rédaction de cet article, paru le 9 octobre 2019  sur

par

Julien Lagneaux

Community Manager freelance situé dans la Région de Nantes, qui créé des stratégies social media destinées à booster votre activité et qui les met en application pour vous aider à vous démarquer de vos concurrents sur le web – https://julienlagneaux.fr

La SNCF de Nantes recrute 3 téléconseillers en CDD Sénior…

... pour assurer la mission de fidélisation de clients Premium*.

… pour assurer la mission de fidélisation de clients Premium.

Des tests de présélection avant entretien d’embauche sur les compétences informatique, orthographe et connaissance géographie seront organisés.

 

Pour y participer, merci de postuler sur l’offre 096NJMZ

 

(*Dans le cadre du plan relatif à l’emploi des séniors, à compétences égales, priorité sera donnée aux candidats âgés de 57 ans et + et 3 inscrits à Pôle Emploi depuis au moins 3 mois.( décret n° 2006-1070 du 28 août 2006))

 

Pour y participer, merci de postuler sur l’offre 096NJMZ

Recrutement permanent sur la ville de Couëron (44)

Ville de Couëron 

Dans le cadre de renforts ou de remplacements, la Ville recrute régulièrement :

  • des agents chargés de l’entretien ménager
  • des agents polyvalents de restauration
  • des animateurs périscolaires

N’hésitez pas à envoyer une candidature spontanée.

Les candidatures sont à adresser à l’attention de Madame le Maire…

CCAS de Couëron


Les candidatures (lettre + CV) sont à adresser à l’attention de Madame la Présidente…

 

 

Les candidatures sont à adresser à l’attention de Madame le Maire,

  • par courriel : contact@mairie-coueron.fr
  • ou par courrier : Mairie de Couëron – 8 place Charles de Gaulle BP 27 – 44220 Couëron

La ville de Sautron (44) recrute …

Ajoutez votre texte de titrage ici

Les postes sont à pourvoir le plus tôt possible.
Les candidatures sont à adresser à :
Mme Le Maire
14 rue de La Vallée
BP 60045
44880 SAUTRON

POLICE: les nouveaux modes de recrutement visent les réseaux sociaux …

Snapchat, Instagram : les nouveaux modes de recrutement de la police

 »La police nationale cherche désormais ses nouvelles recrues sur les réseaux sociaux. Elle cible surtout les jeunes âgés entre 18 et 30 ans, rapporte BFM TV. »

 

La police nationale a reçu quelque 240 candidatures sérieuses grâce à cette nouvelle opération. (Image d’illustration)© Nicolas Guyonnet / Hans Lucas / AFP

 

 »En France, personne ne semble se bousculer pour intégrer les rangs de la police nationale. Et ce, malgré de nombreuses offres d’emploi. Pour trouver les bons candidats, la police a donc décidé d’innover, rapporte BFM TV. En passant notamment par les réseaux sociaux. Chaque année, la police nationale doit recruter environ 2 700 nouveaux agents, des adjoints de sécurité, soit le premier grade au sein de la police. Cette année, elle a donc décidé de recourir aux applications qui parlent directement à la jeunesse : Snapchat, Instagram et Facebook.

Selon les précisions de la chaîne, la police a ainsi collaboré avec la start-up Bonanza, experte en recrutement via les réseaux sociaux. Ensemble, ils ciblent idéalement les individus âgés de 18 à 30 ans, dont le casier judiciaire est vierge et qui sont de nationalité française. En fonction des informations inscrites par les utilisateurs des réseaux sociaux sur leurs profils, la police et son partenaire peuvent savoir s’ils possèdent les qualités personnelles nécessaires pour devenir agent de police.

 

Près de 400 000 candidats possibles identifiés

D’après les explications du fondateur de Bonanza à BFM TV, pour cette campagne de recrutement, l’entreprise a cherché des profils « dont l’activité sur les réseaux sociaux montre qu’ils sont engagés dans des associations humanitaires, ou dans des groupes d’entraide ». Des profils sportifs et montrant un intérêt pour le droit et la justice font également partie des cibles. Ainsi, l’entreprise est parvenue à identifier environ 390 000 actifs résidant en région francilienne. Tous possèdent les critères recherchés par la police nationale pour intégrer ses rangs. »

 

 – Cette campagne de recrutement sur les réseaux sociaux de la Police est un test qui se finira mi-décembre. L’opération était circonscrite à l’Ile-de-France, ou la Police nationale recrute un tiers des 2.700 ADS dont elle a besoin chaque année. Si le bilan est positif, la Police devrait poursuivre ce partenariat avec Bonanza, et l’élargir à toute la France. –

 

Relais d’information  

 

Modifié le  – Publié le  | Le Point.frest

Nouvelle appli Formation Professionnelle : A quoi ressemble-t’elle et comment peut-on l’utiliser ?

                                                   By JLE

 

<<  Le compte personnel de formation actuel est peu utilisé…

  • Le gouvernement veut démocratiser la formation professionnelle.
  • Il espère dépoussiérer le compte personnel de formation en lançant une appli pour smartphones.
  • Les salariés, principaux concernés, auront une vraie liberté de choix et pourront comparer des milliers de formations.

Souvent peu connu et peu utilisé, le droit à la formation va-t-il enfin décoller ? C’est le souhait du gouvernement, qui lance ce jeudi une appli (« Mon compte formation ») et un nouveau site internet pour essayer de démocratiser la pratique. Une grande campagne de communication avec spots vidéos diffusés à la télé viendra compléter le tout.

En effet, si 5 millions de comptes personnels de formation (CPF) ont bien été ouverts depuis 2015, « à peine 2 millions de Français l’ont utilisé » a expliqué la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dans une interview au Journal du dimanche. Un nombre très faible, au regard des 25 millions de salariés qui pourraient y prétendre. De plus, des inégalités existent parmi ceux qui se forment : les cadres en bénéficient deux fois plus que les ouvriers, et les salariés des grandes entreprises deux fois plus que ceux des TPE. 20 Minutes vous explique le principe de la nouvelle appli et les principaux changements qu’elle introduit.

Qui pourra utiliser l’application ?

Beaucoup de monde. En plus des 25 millions de salariés déjà évoqués, l’application mobile s’adresse aussi aux travailleurs indépendants (environ 3 millions) et aux personnes en recherche d’emploi (3,36 millions de personnes étaient inscrites en catégorie A à Pôle emploi fin octobre). Soit plus de 30 millions de personnes au total. Les fonctionnaires pourront également utiliser l’appli pour se renseigner sur les formations existantes, mais ils devront passer par leur employeur (ministère, hôpital, etc.) pour pouvoir s’inscrire. Attention : si un salarié souhaite faire une formation sur ses horaires de travail, il doit obtenir l’accord de son employeur en amont.

 

Que contient-elle, et comment l’utiliser ?

20 Minutes a pu tester l’application en avant-première. Une fois le téléchargement effectué, le salarié (ou le travailleur indépendant) est d’abord invité à se connecter via son numéro de sécurité sociale. Il accède alors à son compte formation, avec le montant en euros dont il dispose (voir exemple ci-dessous). Pour rappel, les salariés cumulent automatiquement chaque année 500 euros de crédit formation (800 euros pour ceux n’ayant pas de diplôme), avec un plafond fixé à 5.000 euros (8.000 euros pour les non-diplômés). Si vous êtes salarié depuis 2015 et que vous n’avez jamais utilisé votre CPF, vos droits à la formation s’élèvent normalement à 1.440 euros.

L'application permet de connaître son crédit pour acheter une formation.
L’application permet de connaître son crédit pour acheter une formation. – Nicolas Raffin/20 Minutes

L’appli vous propose ensuite une liste de sessions de formation par métier (« chauffeur routier ») ou compétences (« création d’une entreprise »), avec à chaque fois le prix de la formation. L’utilisateur de l’application peut évidemment filtrer les résultats à sa guise (type de métier, distance, prix, date des sessions).

Des exemples de formations proposées dans l'appli.
Des exemples de formations proposées dans l’appli. – Nicolas Raffin/20 Minutes

Une fois la formation choisie, l’utilisateur n’a plus qu’à cliquer pour « l’acheter ». L’organisme de formation a alors 48 heures pour répondre à la demande. Si le prix de la formation est inférieur ou égal au montant dont dispose le salarié, celui-ci n’a rien à débourser. En revanche, si le prix dépasse le crédit formation, le salarié devra sortir sa carte bleue pour payer la différence, quitte à se faire rembourser plus tard par son employeur (si celui-ci est d’accord pour abonder le compte formation). Par ailleurs, certaines formations pourront être « sponsorisées » par des régions, des départements, ou encore une branche professionnelle, ce qui permettra d’en réduire le coût pour le salarié.

Une fois la formation choisie, l'utilisateur n'a plus qu'à utiliser ses crédits pour l'acheter.
Une fois la formation choisie, l’utilisateur n’a plus qu’à utiliser ses crédits pour l’acheter. – Nicolas Raffin/20 Minutes

 

Est-ce que ça va marcher ?

Pour le ministère du Travail, ça ne fait aucun doute. « La qualification, les compétences, c’est ce qui va déterminer la place de la France dans la mondialisation dans les décennies qui viennent, explique un proche de Muriel Pénicaud. C’est le facteur fondamental dans la lutte contre le chômage. Et avec l’application, ce sera aussi facile de faire une formation que d’aller chez le médecin. A partir du jeudi 21 novembre, 100.000 sessions de formation seront disponibles partout en France ».

Le gouvernement vise un million d’utilisations par an et mise beaucoup sur la transparence : les utilisateurs pourront facilement comparer le prix des formations. Dans quelques mois, il sera aussi possible de noter les sessions, à la manière de TripAdvisor, par exemple.

 

« L’application est un outil adapté à son temps, juge Olivier Faron, administrateur général du Cnam, un organisme qui propose de nombreuses formations. Vous aurez votre  » tirelire  » que vous allez pouvoir investir directement en achetant tel ou tel cours. C’est extrêmement rapide comme démarche. Jusqu’à présent, la formation professionnelle était vue comme quelque chose de compliqué à mettre en place. C’est le pari de l’intelligence individuelle »

A l’inverse, certains syndicats craignent justement que le salarié se retrouve bien « isolé » devant les propositions de son téléphone. Pour FO, l’ensemble de la réforme « conduira inéluctablement à une individualisation, et donc une diminution des droits des salariés ». François Hommeril (CFE-CGC) est aussi très critique sur le crédit en euros : un « carnet de tickets de rationnement », « totalement guidé par les lois du marché ». >>

moncompteformation.gouv/espace prive

 

 

 

 

 

Relais d’information

Article de Nicolas Raffin (avec AFP)

  

Inauguration de l’ÉCOLE CHANTIERS DE L’ATLANTIQUE à Saint Nazaire …

Le mercredi 13 novembre  dernier, Laurent Castaing, Directeur Général de Chantiers de l’Atlantique a inauguré l’Ecole Chantiers de l’Atlantique, en présence de personnalités de l’Etat, du monde politique, des collectivités, de la formation, des stagiaires de l’Ecole et de membres du personnel de l’entreprise.

Installée dans un bâtiment neuf de 450 m2 au cœur du chantier naval, l’École Chantiers de l’Atlantique a pour mission d’attirer les talents et de pérenniser des savoir-faire de Chantiers de l’Atlantique. Financée complètement par Chantiers de l’Atlantique avec un investissement de l’ordre d’un million d’euros, l’École propose un parcours qualifiant de formation sur les métiers de charpentier-métaux, soudeur et tuyauteur, pour lesquels le marché de l’emploi actuel ne suffit pas à couvrir les besoins de recrutement de l’entreprise. Elle formera à terme une cinquantaine de stagiaires par an.

Depuis le 7 octobre, les huit premiers stagiaires bénéficient d’une formation spécifique, fruit d’une co-construction entre Chantiers de l’Atlantique et l’AFPA, qui a apporté son expertise en architecture pédagogique. De son côté, Chantiers de l’Atlantique a fourni son savoir-faire en construction maritime grâce aux apports d’experts techniques internes. Ce lien fort entre l’entreprise et l’École est également assuré par les formateurs, qui sont des salariés reconnus pour leurs compétences techniques et opérationnelles. Sept formateurs internes ont ainsi bénéficié d’un cursus de formation à la pédagogie. Ces salariés, qui ont entre 10 et 20 ans d’expérience, continueront à exercer leur métier afin de rester à jour techniquement. Une vigilance particulière est donnée au savoir-être. « Il est en effet important de former des personnes qui vont promouvoir notre esprit de rigueur, d’exigence et de bienveillance ainsi que partager nos valeurs, fondées sur l’Humain. »  a souligné Laurent Castaing.

L’inauguration a été l’occasion de présenter l’étendue des moyens techniques de l’École à travers plusieurs démonstrations réalisées par les stagiaires (simulateurs de soudage, cabine de meulage,…).

Les stagiaires engagés en contrat en alternance suivent 455 heures de formation, réparties sur une année.  L’École met avant tout l’accent sur la pratique avec 80% du temps d’apprentissage dédié à la réalisation en atelier. Après six semaines d’enseignement à l’Ecole, les stagiaires actuels s’apprêtent ainsi à découvrir les ateliers de la Direction de la Fabrication dès le 18 novembre.

Une session destinée à la formation soudeur,  pour laquelle le processus de recrutement est déjà lancé, débutera fin janvier, puis suivront un second groupe charpentier-métaux en mars 2020 et un deuxième groupe de soudeurs à la rentrée.

Dans le même temps, une réflexion est menée sur les modalités de mise en place de la formation au métier de tuyauteur.

Relais d’information du site

 

L’avenir pour Ambition …

Installée sur la façade Atlantique depuis 150 ans, les Chantiers de l’Atlantique est une entreprise de construction maritime et de services aux flottes. Grâce aux expertises développées par son personnel  et son réseau de co-réalisteurs, combinées à un outil industriel de premier plan, l’entreprise est un des leaders mondiaux pour la conception, la fabrication, le montage et la mise en service de navires hautement complexes et d’installations marines.

Localisation ÉCOLE CHANTIERS DE L’ATLANTIQUE

 

Notez que les Chantiers de l’Atlantique sont en recherche permanente de candidats (es) (ouvriers, ingénieurs, techniciens et cadres…)

En savoir + …