L'information pour travailler autrement

Auto-entrepreneurs: ce qui change

A compter du 1er janvier 2018, les auto-entrepreneurs verront le plafond de leur chiffre d’affaires doubler. La mesure, qui a été annoncée par le Gouvernement la semaine passée, entrevoit une véritable reconnaissance du travail indépendant en France et son rôle dans l’économie française. Explications.

Régulièrement évoquée, la hausse du plafond du chiffre d’affaires des auto-entrepreneurs est en passe de devenir une réalité. Jeudi dernier, Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie a évoqué qu’elle serait inscrite dans le Projet de Loi de Finances, dont l’examen par les Parlementaires est fixé à l’automne. Cette mesure qui figurerait dans le programme électoral de l’actuel Chef de l’Etat, entrerait alors en vigueur dès le 1er janvier 2018.

Les nouveaux seuils annuels d’application du régime passeraient donc à 165 600 € pour les ventes de marchandises (contre 82 800 € actuellement) et à 66 400 € pour les activités de services (contre 33 200 € actuellement).

 

 

Pour evo’portail,  portail en ligne d’accompagnement des auto-entrepreneurs, il s’agit là d’une mesure positive qui va réellement permettre la reconnaissance du travail indépendant en France et lever les contraintes des bénéficiaires du régime. « Si 5% des auto-entrepreneurs dépassent les plafonds actuels, beaucoup brident leur activité de peur de franchir les seuils et de basculer dans le régime réel » explique Lucas LEONARDI, Directeur Général d’evo’portail.

Autre effet d’aubaine, l’augmentation de la CSG devrait engendrer une légère baisse des taux de cotisations sociales pour les auto-entrepreneurs. Le Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) devrait le confirmer.

Plus généralement, d’autres évolutions sont à venir pour le régime de l’auto-entreprise en 2018. « Nous serons notamment attentifs à la franchise de base en TVA, pour laquelle les pouvoirs publics n’ont rien précisé pour le moment, comme sur le dossier du congé maternité toujours en projet » déclare Lucas LEONARDI.

Facebook
Google+
Twitter
LinkedIn