L'information pour travailler autrement

Cour des comptes: vers la fin de l’AFPA ?

La Cour des comptes vient de publier un rapport qui demande à l’Agence pour la Formation des Adultes de se réformer profondément. Le rapport dresse un tableau particulièrement préoccupant de cet Etablissement Public (EPIC) et pose la question de sa pérennité.

Conclusion et recommandations:

Après une décennie perdue, de très lourdes incertitudes pèsent sur la pérennité de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes : soit, comme le prévoit son plan de transformation, elle évolue en profondeur en tirant toutes les leçons de la baisse de son activité ; soit elle est vouée à disparaître, compte tenu des risques juridiques et financiers auxquels elle expose l’État.

Au-delà des erreurs de gestion et de l’absence d’arbitrages stratégiques de la part de l’État, l’Afpa constitue un cas éclairant des effets sur un opérateur des mutations du marché de la formation professionnelle. Ce dernier est désormais marqué par une décentralisation de la commande de formation qui l’a profondément bouleversé, et par une concurrence exacerbée entre organismes de formation publics et privés.

Malgré les mesures récemment décidées pour réduire les charges de personnel, pour adapter l’offre de services et pour rationaliser le parc immobilier, l’avenir de l’Afpa est loin d’être assuré, au moment même où l’enjeu de sécurisation des parcours professionnels – au premier rang, celui des actifs les plus éloignés de l’emploi – demeure une préoccupation forte comme en témoigne le plan d’investissement dans les compétences lancé fin 2017.

Aussi, une restructuration de grande ampleur, à mener sans délai, est-elle indispensable pour redresser la situation de l’Afpa, ce qui exige également qu’au cours de ce processus, l’État exerce pleinement son rôle de tutelle sur cet établissement.

Dans ce cadre, la Cour formule trois recommandations :
1. (Afpa) appliquer en totalité les mesures de réduction des dépenses et de rétablissement financier prévues par le plan de transformation ou demandées par l’État ;
2. (Afpa) revoir le modèle économique pour le rendre compétitif et restaurer la rentabilité dans un environnement concurrentiel où la part de marché devrait encore se réduire ;
3. (État) conditionner toute nouvelle aide à des objectifs précis de résultat financier à atteindre à court et moyen termes et, en cas de non atteinte de ces objectifs, envisager la fermeture de l’établissement.