L'information pour travailler autrement

Nouvelle appli Formation Professionnelle : A quoi ressemble-t’elle et comment peut-on l’utiliser ?

                                                   By JLE

 

<<  Le compte personnel de formation actuel est peu utilisé…

  • Le gouvernement veut démocratiser la formation professionnelle.
  • Il espère dépoussiérer le compte personnel de formation en lançant une appli pour smartphones.
  • Les salariés, principaux concernés, auront une vraie liberté de choix et pourront comparer des milliers de formations.

Souvent peu connu et peu utilisé, le droit à la formation va-t-il enfin décoller ? C’est le souhait du gouvernement, qui lance ce jeudi une appli (« Mon compte formation ») et un nouveau site internet pour essayer de démocratiser la pratique. Une grande campagne de communication avec spots vidéos diffusés à la télé viendra compléter le tout.

En effet, si 5 millions de comptes personnels de formation (CPF) ont bien été ouverts depuis 2015, « à peine 2 millions de Français l’ont utilisé » a expliqué la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, dans une interview au Journal du dimanche. Un nombre très faible, au regard des 25 millions de salariés qui pourraient y prétendre. De plus, des inégalités existent parmi ceux qui se forment : les cadres en bénéficient deux fois plus que les ouvriers, et les salariés des grandes entreprises deux fois plus que ceux des TPE. 20 Minutes vous explique le principe de la nouvelle appli et les principaux changements qu’elle introduit.

Qui pourra utiliser l’application ?

Beaucoup de monde. En plus des 25 millions de salariés déjà évoqués, l’application mobile s’adresse aussi aux travailleurs indépendants (environ 3 millions) et aux personnes en recherche d’emploi (3,36 millions de personnes étaient inscrites en catégorie A à Pôle emploi fin octobre). Soit plus de 30 millions de personnes au total. Les fonctionnaires pourront également utiliser l’appli pour se renseigner sur les formations existantes, mais ils devront passer par leur employeur (ministère, hôpital, etc.) pour pouvoir s’inscrire. Attention : si un salarié souhaite faire une formation sur ses horaires de travail, il doit obtenir l’accord de son employeur en amont.

 

Que contient-elle, et comment l’utiliser ?

20 Minutes a pu tester l’application en avant-première. Une fois le téléchargement effectué, le salarié (ou le travailleur indépendant) est d’abord invité à se connecter via son numéro de sécurité sociale. Il accède alors à son compte formation, avec le montant en euros dont il dispose (voir exemple ci-dessous). Pour rappel, les salariés cumulent automatiquement chaque année 500 euros de crédit formation (800 euros pour ceux n’ayant pas de diplôme), avec un plafond fixé à 5.000 euros (8.000 euros pour les non-diplômés). Si vous êtes salarié depuis 2015 et que vous n’avez jamais utilisé votre CPF, vos droits à la formation s’élèvent normalement à 1.440 euros.

L'application permet de connaître son crédit pour acheter une formation.
L’application permet de connaître son crédit pour acheter une formation. – Nicolas Raffin/20 Minutes

L’appli vous propose ensuite une liste de sessions de formation par métier (« chauffeur routier ») ou compétences (« création d’une entreprise »), avec à chaque fois le prix de la formation. L’utilisateur de l’application peut évidemment filtrer les résultats à sa guise (type de métier, distance, prix, date des sessions).

Des exemples de formations proposées dans l'appli.
Des exemples de formations proposées dans l’appli. – Nicolas Raffin/20 Minutes

Une fois la formation choisie, l’utilisateur n’a plus qu’à cliquer pour « l’acheter ». L’organisme de formation a alors 48 heures pour répondre à la demande. Si le prix de la formation est inférieur ou égal au montant dont dispose le salarié, celui-ci n’a rien à débourser. En revanche, si le prix dépasse le crédit formation, le salarié devra sortir sa carte bleue pour payer la différence, quitte à se faire rembourser plus tard par son employeur (si celui-ci est d’accord pour abonder le compte formation). Par ailleurs, certaines formations pourront être « sponsorisées » par des régions, des départements, ou encore une branche professionnelle, ce qui permettra d’en réduire le coût pour le salarié.

Une fois la formation choisie, l'utilisateur n'a plus qu'à utiliser ses crédits pour l'acheter.
Une fois la formation choisie, l’utilisateur n’a plus qu’à utiliser ses crédits pour l’acheter. – Nicolas Raffin/20 Minutes

 

Est-ce que ça va marcher ?

Pour le ministère du Travail, ça ne fait aucun doute. « La qualification, les compétences, c’est ce qui va déterminer la place de la France dans la mondialisation dans les décennies qui viennent, explique un proche de Muriel Pénicaud. C’est le facteur fondamental dans la lutte contre le chômage. Et avec l’application, ce sera aussi facile de faire une formation que d’aller chez le médecin. A partir du jeudi 21 novembre, 100.000 sessions de formation seront disponibles partout en France ».

Le gouvernement vise un million d’utilisations par an et mise beaucoup sur la transparence : les utilisateurs pourront facilement comparer le prix des formations. Dans quelques mois, il sera aussi possible de noter les sessions, à la manière de TripAdvisor, par exemple.

 

« L’application est un outil adapté à son temps, juge Olivier Faron, administrateur général du Cnam, un organisme qui propose de nombreuses formations. Vous aurez votre  » tirelire  » que vous allez pouvoir investir directement en achetant tel ou tel cours. C’est extrêmement rapide comme démarche. Jusqu’à présent, la formation professionnelle était vue comme quelque chose de compliqué à mettre en place. C’est le pari de l’intelligence individuelle »

A l’inverse, certains syndicats craignent justement que le salarié se retrouve bien « isolé » devant les propositions de son téléphone. Pour FO, l’ensemble de la réforme « conduira inéluctablement à une individualisation, et donc une diminution des droits des salariés ». François Hommeril (CFE-CGC) est aussi très critique sur le crédit en euros : un « carnet de tickets de rationnement », « totalement guidé par les lois du marché ». >>

moncompteformation.gouv/espace prive

 

 

 

 

 

Relais d’information

Article de Nicolas Raffin (avec AFP)